Durant trois saisons, nous donnons carte blanche à des artistes d’horizons variés (arts visuels, littérature, science) pour amener une couleur personnelle et inattendue aux rendez-vous qui jalonnent l’année. Ce projet d’ouverture à de nouveaux publics est soutenu par la Fondation Leenaards.


CASES BLANCHES

Découvrez notre Orchestre sous un regard décalé! Dix auteur·ice·x·s de bandes dessinées racontent nos concerts en images et en mots. Membres de l’association Splotch! basée à Renens, ces artistes aux styles variés nous font voyager dans d’autres univers avec une publication mensuelle.


CONCOURS DE DESSIN
Le Lac des cygnes

À l’occasion des représentations du «Le Lac des cygnes» de Tchaïkovski, ainsi que de notre collaboration avec l’association de bande dessinée Splotch!, nous vous proposons un concours de dessin pour tous les âges!

Pour participer: 

– Ecouter «Le Lac des cygnes» de Piotr Ilitch Tchaïkovski chez soi, lors du concert découverte du 23 mars ou du concert symphonique du 23 mai 2024. 

– Réaliser une création artistique (dessin, peinture, collage, etc.) sur un format A4, en lien avec cette œuvre. Mentionner au dos vos coordonnées complètes (nom, prénom, adresse, âge, téléphone ou email).

– L’envoyer par la poste au Sinfonietta de Lausanne, Avenue du Grammont 11 bis, 1007 Lausanne, ou nous la remettre en main propre lors de nos concerts du 23 mars ou du 23 mai. 

Délai d’envoi le dimanche 16 juin.

Un jury composé de membres de Splotch! se réunira pendant l’été pour découvrir vos créations et remettre 3 prix, à l’occasion des 10 ans de Splotch!, le 21 septembre à la Datcha. Les lauréat.e.xs seront avisé.e.x.s personnellement.

Les dessins resteront la propriété du Sinfonietta de Lausanne.

Libérez votre créativité!


PUBLICATIONS

«Ma BD a été inspirée par le Concerto pour harpe d’Alberto Ginastera (p. 1-4) et par la Symphonie n3 d’Aaron Copland (p. 5-6). J’y ai inclus les gilets vibrants qui permettent de ressentir la musique et la rendre accessible aux personnes malentendantes. Pour moi, la musique et la création (texte ou dessin) sont intimement liées, car j’y puise mon inspiration.» Carine

 

«Dans un monde où rien n’est vraiment logique, la musique et le dessin sont pour moi des vaisseaux intangibles mais incroyablement efficaces, car ils sont capables de nous faire voyager à travers d’innombrables univers. Dessinant énormément et écoutant tout autant, ce concert m’a rappelé ce que je suis, un singe rêveur qui ne comprend rien.» Dylan Iacovelli

 

«En assistant à ce concert, j’avais l’impression qu’on me lisait un conte comme quand j’étais enfant. Une histoire d’un confort subitement brisé que le protagoniste s’efforcerait de retrouver seul et de toutes ses forces. Cet orchestre me faisait ressentir tellement d’émotions que j’ai souhaité vous partager en bande dessinée ce que cette musique racontait à mon imaginaire.» NESEZY

 

«Pendant le concert, mon attention s’est portée sur une violoniste au sein de l’orchestre. Sans pouvoir l’expliquer, sa présence a éveillé en moi un voyage intérieur à travers la musique. Une multitude de questions m’est venue à l’esprit: quelle est son histoire? Quelle est sa couleur préférée? Au final, que se cache-t-il derrière cette violoniste?» Melisa Ozkul

 

«Il ne faut pas donner un outil technologique à un technophile. Tel un papillon de nuit attiré par la lumière d’une lampe, son attention sera entièrement focalisée sur son nouveau jouet.» Lionel Codak Bourquin

 

«Grâce à la musique du Sinfonietta, j‘ai pu me transporter dans des endroits vifs, plein de nature et de liberté: comme un oiseau! De plus, de manière inattendue, ce voyage m’a permis de travailler et de parler un peu du folklore de mon pays qui faisait partie des voyages de Béla Bartók quand il cherchait de l‘inspiration.» Rossky

 

«Ce concert destiné aux sourds et aux malentendants, m’a plongé dans un univers musical que je n’avais jamais perçu ainsi. Un monde où le son laisse place aux vibrations et dont les sensations ont un véritable impact physique. C’est ce ressenti particulier que j’ai voulu retranscrire.» Korhiak

© Mehdi Benkler